Une semaine de chapelet continu pour la paix en Ukraine

Publié le par Ensemble paroissial Pibrac et Brax

Une semaine de chapelet continu pour la paix en Ukraine

Ce vendredi 25 mars, à 17h à Rome, le Saint-Père consacrera la Russie et l’Ukraine au Cœur Immaculé de Marie, demandant à la reine de la Paix de mettre fin à ce conflit fratricide. À Toulouse comme dans tous les autres diocèses du monde, Monseigneur de Kerimel prononcera les mêmes mots de consécration, en union avec le Pape et les évêques du monde entier. Ce sera au cours d’une messe solennelle qui sera célébrée en la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse, le 25 mars à 17h donc. Cette consécration répond à la demande de la Vierge Marie elle-même, lors des apparitions à Fatima en 1917.

Au trois petits bergers, la Vierge disait encore, alors que faisait rage la Première Guerre mondiale : « Je veux que vous soyez fidèles à dire le chapelet tous les jours afin d’obtenir la paix pour le monde et la fin de la guerre  ». La guerre, en effet, est le fruit le plus amer de la dureté de l’homme, et par notre prière nous supplions le Seigneur, par l’intercession de la Mère de Dieu, de changer les cœurs de pierre en cœurs de chair.

Nous vous proposons donc de vous unir à la démarche du Saint-Père et de nos évêques par sept jours de prière continue du chapelet, du 25 mars à zéro heure au 31 mars à minuit. Chaque demi-heure, de chez vous ou dans une église, l’humble prière du chapelet, cette prière des pauvres qui savent qu’ils n’ont d’espoir qu’en Dieu seul, montera vers le Seigneur pour que cesse cette guerre avec son cortège de destructions, de morts et d’indicibles souffrances.

Cette chaîne de prière du chapelet veut aussi exprimer que nous sommes tous frères, faits pour vivre dans le respect et l’amour mutuels. Elle est aussi un acte de foi dans la puissance de la prière – Benoît XVI parlait du rosaire comme d’une arme spirituelle dans la lutte contre le mal. Enfin, parce qu’elle coûte, notamment pour ceux qui se réveilleront dans la nuit pour dire le chapelet, elle est un acte de communion avec tous ceux qui souffrent.

 

Concrètement :
  • Inscrivez-vous sur le planning. Il peut y avoir plusieurs priants par heure, et vous pouvez vous inscrire plusieurs fois.
     
  • À l’heure dite, récitez le chapelet en demandant la paix. Vous pouvez méditer les mystères du jour et conclure par la prière de Monseigneur de Kerimel.
     
  • Enfin, parce que la prière n’est vraie que si elle engage à la conversion, vous êtes invités à faire un geste de réconciliation ou de justice envers Dieu ou votre prochain, car nous avons tous à délaisser la violence pour accueillir la paix qui vient de Dieu.

Un grand merci pour votre prière !

 

Abbé François de Larboust,
curé de l’ensemble paroissial du Grand Selve,
à l’origine de cette proposition

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :