Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Actualités

Betharram France

Sainte Germaine

Accueil du Sanctuaire

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié par Ensemble paroissial Pibrac et Brax

 

Partir des derniers de la société et promouvoir les valeurs authentiques

11 MAI 2017ANNE KURIANPAPE FRANÇOIS, ROME

Cardinal Parolin, capture WSJ

Cardinal Parolin, Capture WSJ

A la veille du pèlerinage du pape François à Fatima (12-13 mai 2017), le cardinal Pietro Parolin souligne « deux indications de grande actualité » données par le lieu qui célèbre le centenaire des apparitions mariales : « partir des derniers » de la société et promouvoir « les valeurs authentiques » de l’amour, du pardon, du sacrifice, explique le secrétaire d’État dans un entretien au Secrétariat pour la communication.

Le « numéro 2 » du Vatican précise « le motif principal » de la visite du pape au sanctuaire marial portugais : « Le Saint-Père veut exprimer à la Vierge son amour et sa dévotion ». Mais, ajoute-t-il, « ce qui ressort surtout, c’est le respect et l’attention qu’il porte à l’expérience mariale du peuple de Dieu ».

Au fil de l’entretien publié par L’Osservatore Romano, le cardinal Parolin souligne « deux indications de grande actualité …. pour le monde ». D’abord, note-t-il, « la Dame du rosaire n’est pas apparue aux riches ou aux puissants, ni aux personnes influentes mais à des enfants… un peu comme les derniers de la société… les ‘rejetés’ de la société. Et la Vierge a voulu privilégier cette catégorie de personnes »

En outre, la Vierge Marie a donné aux petits bergers « un message à contre-courant » : « Nous étions en temps de guerre, en 1917, et le discours était celui de la haine, de la vengeance, de l’hostilité, de l’affrontement… La Vierge, elle, parle d’amour, de pardon, de capacité à se sacrifier et à faire de soi un don aux autres ».

Fatima représente donc « un retournement total des valeurs, ou des non-valeurs, qui prévalaient à l’époque », en invitant « à partir des derniers, à les valoriser » et à « vivre les valeurs authentiques qui peuvent être à la base d’une cohabitation pacifique et solidaire à l’intérieur de chaque pays et entre les pays ».

Les spéculations inutiles

Pour le cardinal Parolin, « le message de Fatima est le message central du christianisme… c’est-à-dire l’annonce que Jésus est ressuscité, qu’il est vivant et qu’il est le Seigneur de l’histoire ». « On a beaucoup spéculé, constate-t-il, et peut-être continuera-t-on à spéculer sur les secrets de Fatima mais ce sont des spéculations inutiles parce que ce que (la Vierge Marie) voulait nous dire, elle l’a dit clairement, publiquement, et c’est justement ce message central de la foi chrétienne, de la foi catholique ».

« La mission prophétique de Fátima, poursuit le secrétaire d’Etat, est de rappeler à l’Église ce qu’elle est et qu’elle doit continuer à être dans le monde d’aujourd’hui, c’est-à-dire une communauté qui proclame les cieux nouveaux et la terre nouvelle et qui les attend, et qui les anticipe presque… en s’immergeant dans les plis de l’histoire – surtout ces plis plus obscurs et douloureux – avec la force de l’amour, pour changer cette histoire ».

Evoquant la canonisation des deux voyants Jacinthe et François, il estime que leur message est « la capacité d’aller au cœur de l’Évangile à travers le cœur immaculé de Marie… Les deux enfants ont fait leur ce message et maintenant ils nous le proposent avec l’autorité de leur sainteté que l’Église reconnaît devant le monde ».

« On dit que les sanctuaires sont les ‘cliniques de l’esprit’ », ajoute le cardinal Parolin : « En effet, en eux résonne toujours l’annonce de l’ange à Marie que rien n’est impossible à Dieu. Le sanctuaire devient un lieu de croissance spirituelle à partir du moment où il aide les personnes à répondre comme Marie : ‘Me voici !’ ».

Avec une traduction de Constance Roques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :